Le temps ne fait rien à l’affaire

Pr Maurice Corcos
Chef de service du Département de Psychiatrie infanto juvénile à l’Institut Mutualiste de Montsouris.
Professeur de Psychiatrie – Université de Paris

« Le deuil est plein de temps ;
rien d’autre que du temps
(…)
Et il y a toujours le temps.
Encore un peu de temps. Prenez votre temps.
Du temps en plus. Du temps de reste » 
Julian Barnes.

Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est contre et pourtant consentant… on est contre et consentant. Voter, hommes et femmes députés,  « comme seul, un seul, homme » peut le faire, derrière une seule femme, fût-elle Ministre du Travail, contre donc une proposition de loi qui souhaitait allonger de cinq à douze jours le congé légal « consenti » aux parents qui viennent de perdre un enfant mineur est édifiant.

Il n’y a pas de mot dans la langue française pour dire l’impensable… et ceux qui voudraient en imposer un alors qu’il n’y a rien à dire devraient savoir se taire pour les autres…  

Pourquoi  en effet pathétiser, pourquoi vouloir mettre un terme générique sur un drame personnel en s’illusionnant que celui-ci puisse mettre un terme, une fin, au travail du (et non de) deuil.

Le mot « consentir » est à la mode… un enfant peut-il consentir, comme le soutiennent  les auteurs d’abus sexuel, à un désir ou n’est ce qu’une projection perverse de ces derniers à laquelle l’enfant ne fait qu’acquiescer sans possibilité, au vu de son immaturité psychique, de s’y opposer voire même de les contredire. Le Consentement renvoie toujours à l’exercice d’un

Pouvoir… il me semble que la majorité des députés se sont fait abuser en consentant à s’opposer à cette loi.

Pourquoi la Société via ses gouvernements et ses lois n’est elle pas prête à  bien plutôt y assentir ce qui témoignerait moins d’une humanité retrouvée que de la capacité naturelle  de réagir émotionnellement plutôt que technocratiquement. Parce que ça accroisserait la charge sur les entreprises – le temps c’est de l’argent, a rétorqué la Ministre. Ce qui s’est révélé faux ou pire mensonger ou encore pire trop rapidement et mécaniquement allégué ; le… ça en question aurait compliqué les négociations avec les entreprises est idiot, cela aurait  bien plutôt  ouvert une réflexion sur la communauté du travail face à la souffrance.

Comptabilité des chiffres sans visage et management efficace, bourdes, maladresse et amateurisme… et non inhumanité ! Très certainement. Cette affaire ne témoigne pas d’un état d’esprit cruel mais d’un état de l’esprit… clivé et comptable, ce qui n’ est pas loin grave car il livre le sujet à un automatisme de répétition gestionnaire. Le sujet, si c’est un homme, ne pense plus par lui-même, il obéit, il est pensé par la machine néolibérale, devenue folle, depuis qu’il n’y a plus personne pour la piloter. En amont, car en aval ,l’allongement est de fait « ajusté » par les arrêts maladie délivrés par les médecins… ces nouveaux agents de la régulation sociale.

Le temps n’était, il n’y a pas si longtemps encore, rien d’autre qu’un processus naturel avant que de devenir un concept philosophique, il a pris depuis que les temps ont changé, une valeur normative à gérer, par une société que certes toutes les dictatures nous envient, mais qui  sécrète d’elle même, le génie de la violence… sans avoir besoin de dictateur.

© Jean-Paul Simmenauer

Tout n’est plus jaugé qu’à l’instant présent. Un instant, sans en deçà ni au-delà, n’est pas un « maintenant », qui supposerait une certaine durée et donc un certain affect. Un instant, sans une histoire antérieure qui puisse dessiner une perspective future, ne peut être que désaffecté… hors sens.

Mais au -delà de la question du sens, cela peut être un choix économique de ne pas laisser le temps au temps, pour éviter de  risquer de laisser l’endeuillé trop attaché au passé. C’est peut être un choix d’être toujours en marche et de pousser l’endeuillé à s’intéresser à l’avenir plutôt qu’à une histoire sans cesse ressassée.  N’est-ce pas une devise, si ce n’est un mot d’ordre et une injonction néolibérale, que de faire l’histoire et non de la subir ?

Un choix ou un automatisme inconscient imposé !

Quel rapport entre l’histoire et l’affect ?  Le même qu’entre le temps (subjectif) et la mémoire ? Quel est le liant ? L’Eros, l’amour charnel premier pour l’objet aimé, l’autre qu’on a dans la peau, ou la chair de sa chair,… et de la durée de cet amour, on ne s’en affranchit pas aussi aisément qu’on se sèvre d’une substance.

Dans la Société de performance immédiate, le temps qui vous limite et ainsi borne et mesure les crises existentielles de votre histoire, vous est désormais compté et joue contre votre futur. Vous devez admettre que la vie en ces temps de crise économique et morale est devenue rationnelle et que vous devez  vous motiver  assez pour gérer  avec hâte les nouvelles adversités confondues avec des négativités. Bref si vous jouez la montre, si vous gagnez du temps en régressant et en vous déprimant, y compris après un deuil, vous serez bientôt épinglé.

Par le DSM, le manuel diagnostic statistique des troubles mentaux, ce drôle d’entomologiste qui vous  donne quinze jours de répit… pas plus avant de vous « naturaliser », épisode dépressif majeur avant que son acolyte, un pharmaco-thérapeute conformiste et étroit, digne de Mr Homais qui concevait le corps humain comme l’assemblage hétéroclite d’une multitude de cibles pharmacologiques, ne vous « traite » médicamenteusement en réduisant jusqu’à l’os votre humanité à une question de physique-chimie. Et aujourd’hui donc, par une ex-directrice des Ressources Humaines qui vous presse de remonter au front ou de redescendre dans la mine. Le journal britannique The Lancet a dénoncé ce critère de durée de quinze jours de symptômes pour catégoriser un état dépressif qui ne repose sur aucune base scientifique mais sur le Business as usual. On attend le commentaire du journal de la République aux propos de la Ministre et à son laborieux rétropédalage.

Vous aurez beau crier aux « bienfaits de la dépression », qui vous ralentissent et vous obligent à revenir à vous corps et âme, vous aurez beau vous récrier que non le deuil n’est pas une maladie, on (l’impersonnel du DSM bientôt intégré au plus profond de vous même … et donc devenu dictateur interne) vous dira tristement, état dépressif « mineur » ou « majeur », vous identifiera paresseusement « caractérisé » ou « non caractérisé », et ce quels que soient les circonstances et les événements qui ont déstabilisé la personnalité, que vous aviez tenté de consolider une vie durant, évènements qui n’intéressent personne d’autre que vous… et en tout cas plus la médecine moderne ou la Ministre du Travail. 

Votre histoire… vous la garderez désormais pour vous, tout comme votre réalité sociale.

 Il est devenu absurde d’invoquer vos droits de parler à quiconque  de votre vie personnelle, ce qui vous donne une idée du peu de prix qu’on lui et qu’on vous accorde.

« Le passé c’est le passé », décrètent ceux qui le dénient pour d’obscures raisons et avancent et courent après la montre comme le lapin blanc hypergénesique d’Alice en craignant à tout moment son retour. De fait le référentiel actuel dominant est l’activité tonique confondue avec le tonus vital et la performance productive confondue avec la créativité, et non le repli sur soi et l’introspection confondus avec régression, atermoiement et procrastination. C’est ce que veut dire ce quinze jours…, le nouveau critère de durée établi par le DSM V pour qualifier une dépression dite majeure, cela et non une réalité scientifique. Rien de plus arbitraire et terrifiant. Quinze jours c’est moins que trois semaines… la durée « de répit de deuil » que le rétropédalage ministériel consent désormais… voilà la durée du « congé universel ». Avec en sus… pour se faire pardonner ou oublier, un accompagnement psychologique et financier.

Quinze jours, trois semaines, pour non plus émousser, éroder, user, cuver, cicatriser, et pourquoi pas ( ?) arpéger votre chagrin mais l’oublier, l’effacer, le liquider. Au-delà de cette limite votre ticket de deuil non accompli vous donne droit à une étiquette de dépressif majeur, et à une prescription chimique et/ou à un bon pour une série de séances de remédiation et conditionnement et donc droit à une semaine supplémentaire de répit… une semaine pour contrer la pénibilité de votre peine. Autant dire que si effrayé par ce qu’on vous propose, vous vous auto-persuadez d’aller mieux en fuyant en moins de quinze jours dans la guérison, vous n’aurez fait qu’ajourner, repousser, réprimer, refouler ou bien (mal) encore cliver un bourdon, une épée de Damoclès, un boomerang…et  vous vous mettez constamment sous la menace de leurs retour.

Portos (vingt après) devant mettre une bombe dans un souterrain, s’arrêtât de courir pour pense, se demanda comment il était possible de mettre un pied devant l’autre. Ne put plus avancer… le souterrain l’ensevelit et il mourut… de ce que les bas-fonds de son âme lui révélaient en le tuant.

Si par contre vous persistez à creuser en profondeur un tunnel de compréhension plutôt que de vous disperser en surface, si vous vous ingéniez à ne pas  affectivement tolérer que la disparition de la chair de votre chair, votre gage d’immortalité ,puisse vous empêcher de continuer à l’aimer encore à la manière que vous pouviez le faire en sa présence [parce que vous vous souvenez que dire je t’aime est ,au moment où on le dit, dans l’illusion de cet instant, un gage d’éternité et que l’émotion douloureuse des instants essentiels passés avec lui, qui dureront ,est  indispensable au maintien d’un lien vivant avec le disparu]  alors pour tous ceux-là qui considèrent que l’humeur est une variable indépendante du cours de vos pensées et de vos affects, vous serez décrété malade. Malade de votre mémoire que l’on va forcer à l’oubli, malade de votre pensée alors que c’est dans l’instant de la pensée du souvenir que l’essence de votre rapport au disparu se révèle. Vous serez traité avec la pure et univoque gestion technique, d’un soin  dit adapté, oubliant que cela risque d’être contre-productif et dangereux de considérer comme si facile la  cicatrisation  d’un tissu nerveux, certes conservateur, mais aussi producteur de fonctions. Attention à ce qu’une chimie qui n’a guère d’intelligence et qu’un contrat social inhumain, ne modifient l’accueil dans votre pensée d’un évènement si douloureux et ne favorise de fâcheux courts-circuits dans votre travail de deuil. Et même, plus dangereux encore en terme de risque de chronicité larvée, à ce qu’elle ne favorise chez certains… le travail du deuil (sans vous) soit le souvenir d’un oubli : lorsque désespérés sans savoir ce qui les désespère, persécute, ou angoisse, certains incertains restent très attachés à leurs trous de mémoire…et même les cultivent… au risque de tomber dedans… comme par inadvertance. C’est oublier Ferenczi (lettre juillet 1932 à SF) parlant du trauma : « de mes analyses, j’ai appris qu’une partie de notre être peut mourir, alors que l’autre partie de notre soi peut survivre au traumatisme, elle en émerge avec un trou de mémoire. En fait, c’est même un trou de personnalité, puisque non seulement les souvenirs de cette lutte à mort sont effacés, mais également tous les souvenirs qui y sont associés… peut être pour toujours ».

Si les faits se déroulent et se multiplient, les souvenirs des évènements de vie non métabolisés et élaborés eux demeurent…et ils sont mêmes plus intensément vrais, denses et réels que les faits historiques, en cas de traumatisme aussi majeur que la mort-enfant. Ces souvenirs sont eux-mêmes des calques (écrans) protecteurs de la réalité subie. Attaquer de front le temps nécessaire de formation du souvenir et de sa métabolisation fictionnelle du fait traumatique[1] équivaut à attaquer directement le système de défense physiologique du sujet. La mise en représentation qui se substitue à la réalité du trauma n’est-ce pas ce dont va se souvenir le sujet pour maintenir un lien tolérable avec ce qui a eu lieu ?

Nous n’avons évidemment rien contre l’oubli nécessaire, pour éviter la complaisance morbide et la chronicité et libérer les potentialités à venir. Nous n’avons rien contre les terminaisons nécessaires des deuils, en tant qu’elles libèrent l’élan vital, la puissance d’exister, leur permettant de réinvestir la vie et le monde. Mais nous nous interrogeons sur la meilleure façon de vivre avec une mémoire traumatisée, plutôt que d’envisager de l’annuler, tant elle est consubstantielle à l’appareil psychique des endeuillés, et estimons qu’à vouloir en extirper le noyau douloureux, sans tenter de comprendre ce qui fixe le sujet adulte et, ce que souhaite l’enfant en lui dans cette fixation au regard de l’invraisemblable mort de sa descendance, tout risque de partir avec.

Nous discutons cette pseudo-modernité qui annule le temps, ce temps-là qui disait le prix qu’on attachait au disparu et voulant rappeler que l’homme est conçu aussi pour pleurer.

L’émotion n’est que la partie émergée (consciente) de l’iceberg, dont la partie immergée (inconsciente) et au plus près du corps est l’affect (Piera Aulagnier). .

Bergson avait montré que l’affect était… la durée intérieure qui primait sur la comptabilité mécanique extérieure du temps : un contact suffisamment long, non pas un coup, mais une caresse de dernière tendresse, une étreinte contenante, pour tenir le choc dans le temps retrouvé de la dépression.

 Bergson, était un apologue de l’intuition s’opposant au calcul rationnel. Intuition dans la co-naissance à l’émotion de l’autre – le sujet déprimé est affecté et vous affecte en retour ; que son illustre cousinage Marcel Proust prolongea et dénommât « Consanguinité des affects ». Terme tout de même plus senti que l’appellation désormais consacrée d’ « empathie ».

Le temps de la dépression n’est pas un temps t statistique, c’est-à-dire le même temps qu’un autre, c’est un instant fatal et tragique, aigu et déjà chronique car éphémère et éternel. Un temps substantiel fragile c’est-à-dire une émotion pure, au point qu’on a le sentiment que le temps à suspendu son vol et que ça dure toujours : Tempus non fugit, le temps ne fuit pas, le sujet endeuillé est dans le hors temps. Tuer ce temps c’est tuer le temps de la pensée (de la douleur et du plaisir de penser) et  de la  compréhension [le temps de la lecture de soi]. Et c’est bien « attenter à l’éternité »,  si est obéré dans ce meurtre le travail psychique créateur de mémoire. En termes techniques c’est favoriser les rechutes par amputation de l’élaboration.

Désormais, aucune prise en compte du temps si nécessaire au développement d’un devenir dans une croissance affective, n’est requise. Ce n’est même plus le mot d’ordre comportemental ici et maintenant mais plus brutal et plus vulgaire un… là et immédiatement ; l’action (l’acte !) doit se substituer à la présence. Injonction, exigence collective, au retour au bonheur climatisé.

Attaquer ainsi une des dimensions fondatrices de la pensée, la notion de temps en tant que substance vitale, émotion pure ; la réduire à sa trivialité – c’est de l’argent ; arguer pseudo-scientifiquement qu’il ne serait pas bon de « cuver » trop longtemps (quinze jours !) son chagrin au risque de s’y complaire et de faire « un deuil pathologique » est un acte politique. La politique nouvelle dans nos sociétés post-modernes n’est plus à l’approche compréhensive qui requiert l’investissement d’un temps certain, elle est désormais basée sur la logique vitale de l’organique, l’affirmation positive, et le recours quasi « naturel » aux prothèses techniques. Pourquoi pas ? Mais qui niera que la tonalité même du sens de la vie et du travail a alors changé.

A l’ère du combien ça coûte et de, le temps c’est de l’argent… le couperet tombe plus vite. Mais ce temps assenti à prendre congé des affaires du monde externe pour se consacrer à son intériorité, à ses petites affaires, à ce travail qui nous travaille, est essentiel et vital, et sa valeur est inestimable quant à son impact sur l’avenir. A trop vouloir l’économiser, on risque l’engagement trop rapide dans des impasses ou des répétitions… qui ferons perdre beaucoup de temps.

Voilà que le mot d’ordre populaire « faire son deuil » risque de gagner les espaces privés. Mais c’est oublier que l’expérience du deuil, le travail du deuil en nous, nous défait et nous refait…accessoirement plus humain. Mais c’est oublier que tourner la page (de quel livre ?), passer trop vite à autre chose, finit par nous rendre étranger à nous même et plus inhumain à l’égard des autres.

Douleur est signe d’affect entre le vif et le mort. Avec Proust qui pensait qu’il y avait « plus de psychologie dans la douleur que dans la psychologie », on peut penser que cette douleur si elle ne terrasse pas le sujet est source de croissance affective.


[1] Ce qui est représentable et ce qui ne l’est pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.