Hôpital numérique: les limites d’un modèle

Dr Julie Cosserat
Médecin interniste, Institut Mutualiste Montsouris

Parmi les grands mouvements de transformation qui affectent l’hôpital, le plan « hôpital numérique » a pour but d’aboutir à la digitalisation complète des données médicales et des pratiques au sein des établissements. Il vise à produire une médecine « sans papier ». Cette mutation apporte nombre d’éléments de sécurité et une amélioration de la transmission des informations. Mais au-delà de la simple soumission à une réglementation, elle pose des questions liées aux outils informatiques disponibles, au-delà des problèmes de protection des données, qui ne sont pas l’objet de ce texte. En raison de leurs imperfections et d’un temps de saisie contraignant, elle participe de façon nette à la surcharge de travail des acteurs du soin, à la perte de sens de leur métier en les éloignant des patients, et au burn-out de certains. Elle doit absolument être prise en compte dans l’appréciation du travail hospitalier et de sa pénibilité.

Cette perception n’est pas le fait d’une « résistance au changement », ou d’un problème de génération. Elle est ubiquiste, comme en témoigne un éditorial de D. Offri, médecin hospitalier, dans le New York Times du 8 juin 2019, qui évoque l’alourdissement notable de la charge de travail lié au dossier médical électronique, accepté sans broncher par des corps de métier au degré très élevé de conscience professionnelle et d’esprit sacrificiel. Elle fait l’objet d’une vidéo parodique sur YouTube (#LetDoctorsBeDoctors) qui dénonce les multiples obstacles analogues aux nôtres outre-Atlantique. La mutation numérique et ses répercussions sur le raisonnement médical suscitent de nombreuses publications, dont la thèse de Sciences du Dr D. Morquin, infectiologue et spécialiste des systèmes d’information.

Cette transformation repose sur l’emploi de logiciels professionnels, et sur les techniques de reconnaissance vocale développées pour faciliter la saisie des données. Bien qu’étant des outils spécialisés, ils connaissent tous les dysfonctionnements quotidiens de l’informatique dont la répétition pèse sur la pratique.

© Jean-Paul Simmenauer

La reconnaissance vocale doit remplacer l’emploi du dictaphone, avec une frappe assurée par les secrétaires. L’économie de ce temps de frappe, souhaitée pour réduire les effectifs, est responsable d’un glissement de tâche des secrétaires aux médecins, et génère des transformations qui dégradent le langage. Auto-corrections inappropriées, fautes de transcription, les textes produits comportent de nombreuses erreurs de genre et d’accord, ne peuvent pas créer de noms propres, génèrent un néo-langage (« syndrome gris pâle » pour « syndrome grippal ») dont la correction est fastidieuse et inepte.

La consultation « sans papier » amène les praticiens à dicter directement à l’ordinateur leurs données d’observation, installant avec l’écran un tiers qui capte le regard et l’attention qui devraient être portés aux patients, et détourne le temps qui leur est dû. L’écran déshumanise le soin.

La saisie informatique nécessaire pour fournir des documents normés accapare le temps de travail, induit la création de modèles standardisés, de menus déroulants limitant l’expression spontanée. La soumission à la réglementation comporte le risque de se consacrer davantage à la production de textes parfois factices qu’au soin. Elle favorise le « copier-coller », reproduction rapide de données non critiquées et non synthétisées, pour gagner légitimement du temps. La journée à l’hôpital est dominée par les écrans. La saisie se poursuit pendant les réunions scientifiques, altérant la concentration et la participation des étudiants et des seniors. Le personnel soignant connait les mêmes contraintes. L’obsession de la traçabilité ne prend pas en compte la qualité de réalisation. Par bien des aspects, les utilisateurs sont actuellement soumis à la technique alors que la technique devrait être au service du professionnel.

La numérisation du dossier papier fait passer du matériel à l’immatériel. L’enquête diagnostique s’apparente dans les cas complexes à un travail policier. Plus le recueil d’indices est minutieux, plus la précision diagnostique est grande et la qualité de prise en charge meilleure. La lecture et l’analyse d’un dossier papier dans son intégrité a un début et une fin délimités, et permet la « sérendipité », ou de trouver sans chercher une donnée majeure de l’histoire. Avec la digitalisation, on ne peut trouver que ce que l’on cherche, les fichiers immatériels ne sont pas explorables de la même façon, le temps d’ouverture de chaque document ralentit la progression.

Les étudiants hospitaliers voient aussi leur travail se modifier : leur participation à la genèse du dossier informatique soulage le travail des internes, anonymise l’écriture, et ne permet plus l’analyse de leur propre raisonnement, alors que ce temps formateur est capital.

La modernisation de l’hôpital passe nécessairement par la mutation digitale. Mais ce changement induit un risque majeur de dérobement du regard, et de désertion de la proximité des patients pour répondre aux exigences réglementaires. C’est un élément crucial à prendre en compte dans la réflexion sur l’organisation hospitalière